Tout bon capitaine sait emmener ses matelots

Le travail prend une part considérable de notre temps. En réalité, il occupe l’esprit bien plus longtemps, et ce presque tous les jours. Ce n’est pas pour rien que l’on a consacré le droit à la déconnexion ! Mais avant même d’encourager vos collaborateurs à se libérer l’esprit, pensez à créer chez eux de l’engagement.

L’engagement, ce n’est pas juste un contrat de travail. Les journées seraient bien monotones sinon, et le turnover très fort. On se lève tous les matins pour aller au travail, mais in fine plus uniquement pour avoir un salaire à la fin mois. Trouver du sens à ce que l’on fait et de la satisfaction dans notre emploi est devenu une des priorités des nouvelles générations, et un facteur important dans les choix de carrières des plus expérimentés.

Aussi, il est primordial pour les managers et les dirigeants d’entreprises de prendre en considération dans leurs actions l’impact qu’elles ont sur l’engagement de leurs collaborateurs. Voici quelques conseils pour créer de l’engagement et le conserver :

1. Établissez des relations de confiance avec vos collaborateurs.

Une des premières étapes de la création de l’engagement se situe bien avant chronologiquement l’arrivée des collaborateurs dans l’entreprise. J’avais consacré un article à l’onboarding, vous pouvez le consulter en cliquant ici. Cette étape permet de s’assurer que vos équipes soient en connaissance de leurs missions, qu’elles les comprennent, mais surtout que vous puissiez apprendre à les connaitre personnellement. Il faut que vos collaborateurs se sentent en confiance pour vous parler de leurs problèmes et de leurs réussites, et que leur vie privée, sans être au centre de leur travail quotidien, soit prise en considération.

La confiance instaurée permet aussi à chacun de ne pas se sentir menacé. Soyez honnêtes : si quelque chose ne va pas, si une tâche a été mal exécutée ou un projet réalisé de manière incomplète, dites-le. Rien ne sert de laisser courir des pratiques qui n’aident ni votre collaborateur ni votre entreprise. L’honnêteté a une autre vertu : elle permet une cohésion d’équipe plus forte. Une équipe soudée est une équipe dans laquelle les membres viendront avec plaisir tous les matins. Attention : il ne suffit pas de mettre un babyfoot dans la salle de repos pour souder une équipe, tout cela se fait bien plus en profondeur !

2. Incluez vos collaborateurs dans les processus décisionnels.

Ensuite, une fois les relations de confiance basées sur l’honnêteté établies, vous pouvez inclure vos collaborateurs dans les décisions importantes de la vie des projets auxquels ils participent. Choisir une méthode de travail, un calendrier mais encore une technologie semblent être des choix banals. Pourtant, ce sont autant de sélections qui — si elles sont faites par les collaborateurs directement — seront plus facilement suivies à la lettre et appliquées. Par nature, l’être humain ne considère pas être soumis à une décision s’il participe à son élaboration.

Pour ce faire, utilisez un maximum d’outils de management participatif. Cela ne signifie pas que vous n’aurez pas le dernier mot, mais la décision paraitra plus claire, expliquée, et suscitera une adhésion de la part des personnes devant l’exécuter.

Donnez-leur de la place pour l’initiative !

Vos collaborateurs sont ceux qui manient le plus souvent votre produit. Ils en sont experts et de ce fait, ils ont certainement beaucoup d’idées brillantes. Amélioration, modification, addition, laissez libre cours à leur imagination. Peut-être que l’idée proposée n’aboutira pas à un résultat concluant : ce n’est pas grave, testez. Surtout, vous pourrez ainsi développer l’esprit de responsabilisation de vos collaborateurs.

S’ils sentent qu’ils sont écoutés, mis en confiance, et qu’en plus ils peuvent tester de nouvelles pratiques ou développer de nouvelles compétences dans un cadre qui leur convient : pourquoi partiraient-ils ailleurs ?

3. Donnez-leur une finalité inspirante.

Lorsque l’on travaille seul sur un projet, on a souvent du mal à réaliser l’ampleur du projet, ses tenants et ses aboutissants. On travaille sur une partie d’un tout, mais sans avoir forcément de visibilité sur le reste. Il n’y a rien de pire pour un employé que de ne pas comprendre pourquoi il agit.

Aussi, intégrez le travail fourni dans une dynamique plus grande. Expliquez les retombées de ce projet et son intérêt. Pour cela, tournez-vous également vers d’autres acteurs. Les clients par exemple peuvent être une bonne source d’inspiration : c’est grâce à leur retour que l’on peut avoir une visibilité sur l’utilité de ce que l’on produit. Surtout, c’est toujours gratifiant d’avoir la sensation d’aider les autres.

Alors, pour créer de l’engagement, faites preuve de pédagogie. Montrez aux collaborateurs, pendant des entretiens individuels, que leur coup de rame a bien fait avancer le bateau. Le coup n’était pas dans la bonne direction ? Corrigez cela avec eux. Le collaborateur veut tester l’ajout d’un moteur électrique ? Accompagnez-le : peut-être que cette idée vous permettra d’être le futur leader sur votre marché…